Accéder au contenu principal

François Alfonsi, ce grand ami des peuples amazighs



  Les peuples amazighs (berbères), c'est-à-dire les premiers habitants de l'Afrique du Nord, sont victimes de marginalisation dans tous les États du « Maghreb », mais aussi au Sahel, en Égypte et aux Îles Canaries. Les récentes révolutions n'ont pas redonné leur place à ces identités millénaires et la négation continue de plus belle. Si le Maroc fait de timides progrès quant aux droits des Amazighs, ailleurs il est difficile de parler d’avancées notables.

   Les relations internationales sont basées sur des rapports de force, qui déterminent l'attention apportée à telle ou telle autre situation, indépendamment de l'urgence propre à chacune. Les Amazighs sont peu influents dans le monde et leurs messages restent inaudibles faute de moyens et d'appuis médiatiques.

   Notre ami François Alfonsi, député européen, EELV et membre de l'alliance libre européenne (ALE) et de la Fédération Régions et Peuples Solidaires (R&PS), est venu  offrir aux Berbères une vitrine internationale considérable. Son soutien est sans relâche depuis 2009,  et ses actions de terrain sont très nombreuses.

     En 2010, Avec la concurrence de Belkacem Lounès (l’infatigable militant amazigh et l'un des premiers à internationaliser les revendications amazighes), François Alfonsi crée le Groupe d'Amitié Euro-amazigh au Parlement européen (nous avions eu la chance et l'honneur d'assister à son lancement le 20 avril 2010 à Strasbourg). Depuis il est de tous les combats: Il a été l'un des premiers à soutenir les Amazighs de Libye, afin que ces derniers ne soient pas les sacrifiés de l'après-révolution libyenne. Il n'a pas hésité non plus à soutenir les Touareg de l'Azawad (le nord du Mali)  dans leur quête légitime de liberté et d'autodétermination, en tant que peuple autochtone, conforme aux règles du droit international. Et récemment d'affirmer sa solidarité avec le M'Zab (Vallée autonome de fait, en Algérie) en proie à un racisme sans précédent !

   Enraciné dans sa Corse natale, militant pour une France plurielle qui donnerait une plus grande place aux Régions et pour une Europe des peuples solidaires. François Alfonsi se veut un porte-parole de toutes les causes justes de par le monde. Il est à juste titre un « patriote de toutes les patries opprimées », pour reprendre le célèbre vers du grand poète Lounès Matoub. Au delà du soutien apporté aux Amazighs, il affiche sa solidarité au peuple Kurde en recherche d'un destin, et s'implique en faveur d'un État palestinien. En un mot il œuvre pour faire avancer la tolérance, la justice et la liberté, seules garantes d'un monde humanisé.


  Aujourd'hui notre ami François Alfonsi est candidat aux élections européennes, le 25 mai 2014, sous l'étiquette Fédération  Régions et Peuples Solidaires (R&PS). Et à la veuille de cette importante échéance, à lui et à tous ses amis, nous leur souhaitons un large succès.

Le 20 avril 2010, au siège du Parlement européen de Strasbourg

Nassim SAID

Posts les plus consultés de ce blog

NASSIM SAID sur FRANCE 24

Au Sommet international sur la sécurité nucléaire, le 24 et 25 mars 2014 à La Haye, la crise en Ukraine domine les travaux et les discussions de la cinquantaine d'Etats présents.

Géopolitique en kabyle (et français): Catalogne, Nouvelle-Calédonie,...

Des sujets d'actualité internationale: la situation en Catalogne, La nouvelle-Calédonie et le terrorisme international.

LOUNES MATOUB : Le Grand Frère Absent

Il s'écroule par terre insouciant  Les bras grands ouverts au vent Agonisant dans un silence violent
Il est mort le beau pin imposant Jadis si fier face aux tempêtes Naguère tombé aux oubliettes
   Le 25 juin 1998, en milieu de journée, le plus éclairé esprit amazigh tombe sous des balles assassines. Le génie kabyle est mort ; alors le vent du désespoir s’empara de la jeunesse, des aînés, des hommes et des femmes et de tous les « hommes civilisés » de par le monde, pour reprendre ainsi les mots du Président français de l’époque M. Jacques Chirac.  Le deuil ne se fera jamais et l’éternelle blessure est toujours là, d’une ampleur semblable uniquement à l’exécution d’un autregénie amazigh : l’éternel YUGURTEN,à Rome.

Ce jour-là fut aussi un tournant dans la pensée kabyle profonde. Inconsciemment la jeunesse sombra dans un désespoir fatal, une résignation sans précédent. Paradoxalement il y eut aussi une prise de conscience inédite mais terriblement intériorisée !
   Ce repli sur soi-même, s…