Accéder au contenu principal

La Cour Pénale Internationale: l'affaire Uhuru Kenyatta

La Cour pénal internationale (CPI) est la première cour internationale permanente compétente pour juger les personnes accusées de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Il s'agit d'une institution judiciaire internationale indépendante, effective depuis 2002, qui travaille de concert avec les Nations Unies en présentant un rapport annuel au Conseil de Sécurité et à l'Assemblée Générale sur ses différentes activités. Aujourd'hui elle est considérée comme étant l'un des organes les plus importants dans le domaine du respect des droits de l'homme et du droit humanitaire.

     Ces dernières années la CPI a vu ses activités se multiplier, à cause d'une actualité internationale bouillonnante, qui touche de près ses champs de compétences. Son travail soulève des réactions mitigées entre enthousiasme et scepticisme. Faut-il alors voir dans cette cour ambitieuse un espoir de justice pour les nombreuses victimes de par le monde ou une illusion d'une justice lente et impuissante face aux puissants de ce monde ?
Uhuru Kenyatta est de ce faite le premier président en exercice à comparaître devant la CPI

Posts les plus consultés de ce blog

NASSIM SAID sur FRANCE 24

Au Sommet international sur la sécurité nucléaire, le 24 et 25 mars 2014 à La Haye, la crise en Ukraine domine les travaux et les discussions de la cinquantaine d'Etats présents.

Géopolitique en kabyle (et français): Catalogne, Nouvelle-Calédonie,...

Des sujets d'actualité internationale: la situation en Catalogne, La nouvelle-Calédonie et le terrorisme international.

LOUNES MATOUB : Le Grand Frère Absent

Il s'écroule par terre insouciant  Les bras grands ouverts au vent Agonisant dans un silence violent
Il est mort le beau pin imposant Jadis si fier face aux tempêtes Naguère tombé aux oubliettes
   Le 25 juin 1998, en milieu de journée, le plus éclairé esprit amazigh tombe sous des balles assassines. Le génie kabyle est mort ; alors le vent du désespoir s’empara de la jeunesse, des aînés, des hommes et des femmes et de tous les « hommes civilisés » de par le monde, pour reprendre ainsi les mots du Président français de l’époque M. Jacques Chirac.  Le deuil ne se fera jamais et l’éternelle blessure est toujours là, d’une ampleur semblable uniquement à l’exécution d’un autregénie amazigh : l’éternel YUGURTEN,à Rome.

Ce jour-là fut aussi un tournant dans la pensée kabyle profonde. Inconsciemment la jeunesse sombra dans un désespoir fatal, une résignation sans précédent. Paradoxalement il y eut aussi une prise de conscience inédite mais terriblement intériorisée !
   Ce repli sur soi-même, s…